source : http://www.imkiran.com/wp-content/uploads/2015/06/IMG_1368.jpg

Se faire tatouer à l’étranger – Mes 6 conseils

Ce sont des questions qui reviennent très régulièrement sur les groupes de voyageurs réunis sur les réseaux sociaux : « Avez vous un bon tatoueur à conseiller en Thaïlande ? Je veux me faire tatouer à Tokyo ? Avez-vous un motif symbolique de voyage ? ». En tant que tatouée (et j’avoue, fervente passionnée de plusieurs artistes tatoueurs), je trouve ça important d’apporter plusieurs éclaircissements concernant le fait de se faire tatouer, et particulièrement si vous choisissez de le faire à l’étranger.
Alors on est partis pour se faire tatouer ici ou ailleurs, en 5 points !


1 – Un peu de vocabulaire…

Soyons déjà avertis de certains termes utilisés dans le monde du tatouage. Sait-on jamais, ça pourra peut-être vous servir !

se faire tatouer à l'étranger artiste tatoueur par valise volante par nasei

  • Encrer : l’encrage, c’est le fait de se faire tatouer, se faire « encrer » la peau.
  • Grande pièce, moyenne pièce, petite pièce : c’est tout simplement ce qui qualifie la taille du tatouage (ou pièce).
  • Salon : un salon de tatouage est le nom donné à la boutique (ou au shop) où vous trouverez les tatoueurs. Un salon peut être composé d’un seul artiste, ou de plusieurs. Certains salons sont très connus, de par la popularité des tatoueurs qui y travaillent.
  • Guest : un guest est un tatoueur invité dans un autre salon que le sien pour y faire une ou plusieurs journées de tatouage. C’est l’occasion parfaite pour certains fans de se faire encrer par leur artiste favoris, qui vient parfois de l’autre bout du monde. Certains tatoueurs ne sont rattachés à aucun salon et vont de pays en pays en tant que Guest.
  • Manchette / Demi-manchette (full sleeve et half sleeve) : tatouage qui recouvre la totalité d’un bras. La demie-manchette s’arrête généralement au dessus du coude.
  • Convention : Salon national ou international regroupant plusieurs artistes tatoueurs, sur un week-end le plus souvent. En France, le Mondial du Tatouage est le plus reconnu depuis quelques années. Les artistes choisissent soit de prendre des pré-réservations, ou d’organiser leurs réservations de tatouage sur place. Si vous souhaitez vous faire tatouer par un artiste en particulier, il est tout de même préférable de le contacter à l’avance…ou s’être le premier à son stand à l’ouverture de la convention !
  • Flash : généralement des petites et moyennes pièces dessinées par l’artiste tatoueur. Ce ne sont pas des pièces faites à la demande du client, mais sorties de l’imagination de son créateur. Les tatoueurs s’en servent comme modèle « vitrine » mais les proposent aussi très régulièrement dans les conventions. Les flash sont généralement moins chers que des tatouages personnalisés.
  • Apprenti : il n’y a pas à ce jour d’école de tatouage officielle. Les salons recrutent et forment des apprentis qui deviennent à leur tour artiste tatoueur. Ayez confiance en le talent des apprentis, certains ont de très bonnes capacités !

.

2 – Pourquoi me faire tatouer ?

C’est un premier point qui est plus qu’évident. Un tatouage est un encrage à vie sur votre corps. Pour un premier tatouage; il est vraiment important d’être sûr de sa décision, ne pas le faire sur un coup de tête. Il existe, effectivement, des méthodes au laser pour effacer les tatouages qui n’ont plus leur place sur le corps de leur porteur. Cependant ce sont des méthodes couteuses, douloureuses et longues. Il existe aussi le recouvrement, qui consiste à réaliser un nouveau tatouage sur un ancien, pour le « recouvrir ». Je recommanderai plutôt cette pratique à ceux qui ont un tatouage usé et qui souhaitent soit le rafraîchir, soit le recouvrir d’une nouvelle pièce.
Se faire tatouer en convention est envisageable, mais peu recommandé par la majorité des gens. Personnellement je trouve que c’est au choix du futur tatoué. Ça n’a aucune importance que vous vous fassiez tatouer en convention, si vous avez un artiste que vous aimez particulièrement il serait dommage de laisser passer l’occasion. Ce n’est pas toujours évident de chopper le tattoo artist qu’on adore pour un rendez-vous !
Ce qui mène au point suivant, le fait de choisir son tatoueur.

.

3 – choisir le pays mais surtout le tatoueur

Beaucoup d’entre vous rêvent de ramener un souvenir impérissable de son voyage à tel ou tel endroit, et un tatouage est concrètement la solution qui s’en approche le plus. Malheureusement, beaucoup de voyageurs font l’erreur de mal prioriser l’encrage.

« Avez vous un bon tatoueur à me conseiller en Thaïlande ? » NON ! Un bon tatoueur c’est quoi ? Le tatoueur est un artiste, qui possède son propre style. Comme une œuvre d’art, un tatouage est subjectif et l’interprétation, le style, peut parler aux uns mais pas aux autres. Donc, n’écoutez pas les conseils des autres, ils est vraiment, absolument, important que ce soit VOUS qui fassiez le choix de votre tatoueur. Et là plusieurs éléments entrent en compte : l’ambiance, le style, la qualité et le professionnalisme du tatoueur. Ce sont les prochains points que je vais aborder 🙂

.

4 – Se faire tatouer à l’étranger

ASIE : J’ai relevé beaucoup de questions sur des personnes souhaitant se faire tatouer en Asie (et même plus précisément en Asie du Sud Est). L’Asie du Sud-Est entre autres, possède une culture très marquée par le tatouage, et plusieurs ethnies les utilisent pour soigner, symboliser une appartenance, invoquer la force d’un animal (la puissance du tigre par exemple). Naturellement, il y a un choix assez pléthorique de salons. Je ne m’y connais pas assez pour apporter plus d’éclaircissements sur les différents salons.

L’élément à prendre en compte, est le tatouage traditionnel au bambou. Pour le coup, c’est un souvenir ultra traditionnel ! De mon avis, mis à part ce côté « tradition », ça reste un tatouage. Donc un tatouage au Bambou, un tatouage à la machine, ça revient à la même chose…Seul le moment de l’encrage sera différent.

NOUVELLE-ZÉLANDEET LE MAORI : Le Maori traditionnel, le vrai, c’est pas le plus facile à trouver ! Beaucoup de salons en Nouvelle-Zélande se targuent de faire du Maori, mais à regarder de près beaucoup font très amateurs. Il faut dire qu’il y a beaucoup de voyageurs étrangers qui viennent en Nouvelle-Zélande en PVT (Visa vacances travail), et qui souhaitent profiter de l’occasion pour repartir avec leur Maori Tattoo. Partant de ce principe, les tatouages bons marché et amateurs pullulent. J’ai relevé que la plupart des bons et très bons tatoueurs sont sur Auckland, un peu à Wellington…L’artiste qui réalise un « vrai » tatouage Maori doit prendre en compte les courbes de votre corps et votre personnalité. Les motifs varient en fonction de son porteurs, ils sont toujours subjectifs. Attention, un tatouage tribal n’est pas un Maori, comme un Maori n’est pas un Polynésien !

Autres destinations : se faire tatouer en Europe, aux Etats-unis, en Australie ou ailleurs, les artistes utiliseront toujours la machine à encrer classique. Cela reste la manière la plus hygiénique et la plus sécurisée pour un tatouage.  Les styles rencontrés sont très variés, et je pense qu’il est plus simple de trouver un artiste qui convient plus à vos attentes tant il y a de possibilités !

.

5 – Les différents styles de tatouage

Venons justement aux différents styles. C’est une liste non exhaustive car les styles varient d’un artiste à l’autre, et certains sont juste inqualifiables :p

– Les tatouages traditionnels : Maori, Polynésien, balinais, Thaï, au bambou…de manière générale tous les tatouages qui sont utilisés de manière traditionnelle par différentes ethnies.

– Le Japonais : C’est une histoire d’amour entre l’art et le corps ! Pour moi le tatouage japonais est à une échelle supérieure. Une estampe sur peau, une peinture poétique encrée à vie. Pourtant assez mal vu dans le pays du soleil levant : le tatouage est souvent vu comme une marque de reconnaissance des Yakuza et souffre d’une image négative. N’envisagez pas de vous baigner dans un Onsen (bain d’eau chaude naturelle) si vous êtes tatoué ! Les tatouages japonais sont souvent de grandes pièces : dos, manchettes, ou corps complet. Très colorés aussi. La manchette japonaise me fait fantasmer !
Exemple d’Artiste style Japonais: Hirotomo de chez State Of Grace (USA)se faire tatouer à l'étranger artiste tatoueur par valise volante par nasei

– Le minimaliste : C’est la grosse tendance des dernières années. Je n’y vois pas d’inconvénients à ce phénomène de mode, tant que ce n’est pas encré sur ma peau ! Le minimaliste est un tatouage noir, fin, tout petit petit, caché au coin d’un poignet ou d’une cheville, souvent mignon. Certains tatoueurs en ont fait leur spécialité. Je trouve ça appréciable sur les autres, mignon tout au plus, mais parfaitement inutile ! Les traits fons apportent une touche de légèreté, mais qui font malheureusement tenir le tatouage moins longtemps aux dégâts du temps.

Exemple d’Artiste minimaliste : Seoeon (Corée)

se faire tatouer à l'étranger artiste tatoueur par valise volante par nasei

 

– Le Black and white : plutôt black que White puisque c’est la seule couleur utilisée. Je mélange dans ce style le dotwork (utilisation de pointillés), les mandalas et autres motifs noirs au style généralement moderne. Le choix de l’artiste est important ici selon l’effet recherché.

Exemple d’Artiste black and white:  Burpi de Foudre Noire tattoo (France)se faire tatouer à l'étranger artiste tatoueur par valise volante par nasei

– Le Oldschool : le plus connu des styles car le plus répandu en Europe et Amérique depuis les années 30. Vous savez, le tatouage du marin avec son Ancre sur le bras et une Pin-up sur la cuisse. Ce style se caractérise par des traits épais, des couleurs tranchées. C’est mon style de prédilection (eh non ce n’est pas le japonais !), car il correspond à l’esprit classique des tatoueurs, à l’esprit Rock, bien Old school quoi ! C’est l’un des style qui tient le mieux sur la durée, du fait de ses traits épais.

Exemple d’Artiste Old School: Florent Levanti (France – c’est mon tatoueur !)
se faire tatouer à l'étranger artiste tatoueur par valise volante par nasei

– Le New school : l’école moderne, qui réinterprête la vision Old school mais d’un oeil nouveau. Le New school se reconnait par ses couleurs vives et ses pièces aux traits arrondis. On retrouve beaucoup des codes du street art dans le new school.

– Le Lettrage : l’utilisation de lettres, dessinées de façon stylisée pour encrer des mots sur la peau. Le lettrage peut ressembler à un tag (en mode street art), à une écriture à la plume, à des lettrines…

– L’Aquarelle : style qui s’est bien développé depuis peu. Les couleurs sont douces, pastelles, appliquées par touches, en effet tâche de peinture…très très populaire dernièrement. Je doute juste de la tenue des couleurs sur le long terme du fait qu’elles ont un effet très estompé.

Exemple d’Artiste style Aquarelle: Sasha Unisex en a fait sa marque de fabrique. (Russie)se faire tatouer à l'étranger artiste tatoueur par valise volante par nasei

– Le réaliste : se faire tatouer le visage de maman en gros plan sur le dos, la tête de Russel Crowe dans Gladiator, ou votre chat mort il y a 3 ans, et tout ça comme si c’était une photo ! C’est ça le style réaliste. De purs artistes ces tatoueurs, c’est un travail de dingue !

Exemple d’Artiste réaliste : Méga respect à Nikko Hurtado pour son réalisme incroyable !

se faire tatouer à l'étranger artiste tatoueur par valise volante par nasei

– Autres : il existe encore des dizaines, non, des centaines de styles différents. Certains artistes tatoueurs en font leur marque de fabrique. A vous de trouver le bon !
Exemple d’Artiste : Theresa Sharpe et son jeu de couleurs incroyable. (USA)

se faire tatouer à l'étranger artiste tatoueur par valise volante par nasei

.

6 – Reconnaître un bon artiste tatoueur

Ne choisissez par n’importe qui ! Je dis ça comme une évidence, et pourtant il n’est pas si facile de savoir si un tatoueur est bon ou pas. A moins de lire des centaines de magazines de tatouage, d’explorer mille sites internet, ou aller au salon du tatoueur le plus connu du pays (après si vous avez les moyens, tant mieux pour vous !), il est difficile pour un non initié de s’y retrouver dans cette espèce de jungle de l’aiguille.

  • Le style est déjà une première étape : un style marqué, représentatif d’une certaine expérience.
  • La qualité des lignes : un bon artiste tatoueur est appliqué, soigné dans son travail. Regardez les lignes. Sont-elles nettes ? Sont-elles irrégulières ? Un tatouage « propre » est l’image de l’implication et du sérieux de son tatoueur.
  • La répartition des couleurs : remplir une zone de rouge, puis une autre de jaune, ça s’appelle du coloriage. Un bon artiste tatoueur saura répartir correctement les couleurs, y ajouter des teintes, des variations, estomper…garder un oeil sur ses précédentes réalisations pour relever la qualité du travail fait sur les couleurs.
  • L’équilibre du dessin : une fois le premier croquis réalisé, prenez le temps d’y réfléchir, de voir si il vous convient tel qu’il est ou si il faut y apporter des modifications. La symétrie d’un visage, la répartition des éléments sur une pièce, la prise en compte de votre anatomie…
  • Le salon : allez y, entrez dans ce salon qui vous fait de l’œil ! En posant un premier pied dans un salon de tatouage, on a déjà une première impression -bonne ou mauvaise- des lieux. Papoter un peu avec les différents artistes, voir leur book, consulter les flash…voir si vous avez un bon contact avec les artistes, et si le style vous plait.

Nous voilà au point pour un futur tatouage ! En France, ou à l’autre bout du monde, le tatouage se démocratise de plus en plus, se faire tatouer à l’étranger et tout à fait possible. Il suffit de bien y réfléchir avant toute chose ! Merci de félicitations aux courageux qui ont lu tout l’article <3 !
Et vous verrez, une fois qu’on commence, il est difficile de s’arrêter 😉


Des questions sur les tatouages ? Besoin d’idées ? N’hésitez pas à commenter !

Suivez Valise volante sur Facebook pour plus de news voyage !

2 réflexions sur “Se faire tatouer à l’étranger – Mes 6 conseils

  1. Aurelie dit :

    J’avais pas vu ton dossier spécial tatouage en voyage, c’est Cool ! J’ai 6 tattoos don’t 3 faits en Nouvelle Calédonie. francis en a fait un aussi là bas. On pense déjà aux suivants, c’est un très beau souvenir…

    • Nasei dit :

      Hello Aurelie 🙂 C’est une passion qu’on en commun beaucoup de voyageurs je pense. Le tatoauge, c’est un souvenir plus durable et plus concret d’une expérience à l’étranger, que de ramener un Magnet à mettre sur ton frigo par exemple :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *