PVT en australie par aurelie valise volante par nasei

Aurélie en Océanie 2/2 : L’Australie

Partie de la France pour s’installer en Nouvelle-Calédonie, Aurélie n’aura pas sû résister très longtemps à l’appel de l’aventure. C’est en Australie qu’elle a posé ses valises pour un an. Une année magique, qui lui aura beaucoup apporté personnellement et humainement !

1 – Quelle était ta destination ?
Après un an et demi d’expatriation en Nouvelle-Calédonie, nous sommes maintenant en Working Holiday visa (Permis Vacances Travail) en Australie depuis Avril 2016.
2 – Qu’est ce qui t’as donné l’envie de partir là bas ?
Nous nous sommes expatriés en Nouvelle-Calédonie en 2014 et un an après on commençait déjà à tourner en rond et à ne voir que les côtés négatifs de ce magnifique pays. Il nous fallait bouger, mais il était hors de question de rentrer en France.
Après la Nouvelle-Calédonie qui reste tout de même très française, on avait besoin de changement.  On avait tous les deux envie de découverte et envie de parcourir le monde. L’Australie était à portée de bras, et ça nous permettait de rester dans le Pacifique que nous apprécions. C’est un pays qui fait rêver, son climat, la beauté de ses paysages, ses animaux… Et en plus ça nous aiderait à pratiquer l’Anglais, et comme je ne peux pas travailler en tant qu’infirmière en Australie (il faut des équivalences), ça me permettrait de faire un break dans mon boulot avant de le détester !
On a hésité longtemps, car c’est un pays « à la mode ». Mais on s’est dit que finalement c’était a nous de faire en sorte que notre voyage soit différent de celui de tous les autres voyageurs, de faire notre propre expérience. On a donc débarqué en Australie le 28 Avril 2016, après avoir obtenu notre visa.
PVT en australie par aurelie valise volante par nasei
3 – Combien de temps y es-tu resté(e) ?
Nous y sommes encore, notre visa whv se termine fin Avril 2017. Pour tout dire on aime tellement ce pays que nous réfléchissons déjà a une solution pour pouvoir rester plus longtemps, étant donné qu’il n’est pas question de second visa pour nous car on est trop vieux (la loi est toujours en discussion pour augmenter l’age du visa a 35 ans).
4 – Quel était ton job/stage/volontariat ?
Les possibilités de travail en Australie sont énormes. Nous avons fait 3 types de travail depuis que nous sommes ici : le workaway (échange de services), le bénévolat, et le travaille en entreprise. Les 3 expériences ont été incroyables !
  • Workaway a Perth.
    Workaway est une plateforme d’échange de services, tout comme le HelpX (Help Exchange = Echange d’aide). A la différence du Woofing qu’on connait plus, ils peuvent s’effectuer chez des particuliers. 4 à 5 h de travail par jour en échange du gite et du couvert. Pour notre première expérience, nous sommes tombés sur une famille formidable. Dave et ses enfants nous ont accueillis comme si nous faisions partis de leur famille. Au programme de nos journées : ménage, jardinage, dogsitting, quelques travaux de menuiserie, on a même entièrement repeint sa maison avec lui ! Rien de bien compliqué au final.
    Cette expérience nous a permis d’être intégré dans une famille Australienne, de vivre leur quotidien, d’améliorer nettement notre Anglais (Pas le choix je ne parlais presque pas un mot d’Anglais en arrivant !). Grâce à ce workaway, nous avons découvert la gentillesse des Australiens, leur confiance, ainsi que leur reconnaissance. On a découvert le easy lifestyle à l’Australienne.
 .
  • Cuisinière et vendeuse au black dans un food truck à Perth
    C’est grâce à Dave que j’ai pu avoir cette opportunité. Un peu d’argent de poche dès qu’il avait besoin de quelqu’un. Sans aucune expérience, il nous a fait confiance. Une journée d’essai payée et hop c’était partie. Une première expérience pour moi dans la « restauration », tout à fait ce que j’attendais en venant en Australie. Faire un boulot à milles lieu du stress du milieu hospitalier.
  • Bénévolat dans un refuge de Kangourous à Kununurra
    Pendant près de 3 semaines nous avons était volontaires dans un refuge de Kangourous et autres animaux sauvages Australiens à Kununurra. Mandy la propriétaire fait ça depuis plus de 13 ans en plus de son job à plein temps dans une école. Elle recueille les animaux sauvages du coin qui sont blessés, les soignes, et quand ils sont prêts, elle les relâches dans la nature. Elle a ainsi relâché plus de 600 kangourous !
    Tous les jours on devait nettoyer le hangars des Kangourous avant la visites des touristes. On aidait Mandy à faire la visite, et à donner les biberons aux bébés puis on nettoyait et nourrissait tous les autres animaux : émeus, faisans, poules, oies, lapins, toute sorte d’oiseaux et de perroquets… On vivait en partie chez elle, donc on vivait aussi en permanence avec 4 bébés kangourous ! Donner des biberons et faire des câlins ou avoir un bébé qui traverse la maison en bondissant devant toi, on croyait rêver !
    On a même eu la chance de participer a la libération de 6 wallabies et 3 kangourous. Une expérience incroyable !
  • Equipière dans un fast food mexicain à Darwin
    Un peu comme bosser à Mc do mais en mieux ! Guzman Y Gomez est une chaine qui n’existait pas dans le Northern Territory j’ai donc fait l’ouverture de ce restaurant. Sans aucune expérience, je me suis retrouvée à la caisse, au service, au drive et même aide en cuisine. Avec tout ça j’ai même fini employée du mois dès le premier mois d’ouverture ! :)J’ai appris à travailler sans stress, et avec le sourire. J’ai découvert ce que c’était de dire s’il te plait et merci à un employé ! J’ai découvert la compassion, la confiance et la reconnaissance dans ton travail. J’ai surtout été choquée de me retrouver à travailler avec des filles de 15 ans, car en Australie ils peuvent commencer a travailler à 13 ans, et chacun à sa chance !
Mon homme, quant à lui à été manoeuvre dans une entreprise de climatisation à Darwin, (bonus ça compte pour le second visa) après avoir fait un peu de construction au black pour des particuliers. Il a aussi vendu des crêpes  en bord de mer dans une roulotte avec un autre français !
PVT en australie par aurelie valise volante par nasei
5 – Comment as-tu obtenu ces jobs ?
  • Pour le Workaway, il suffit de s’inscrire sur la plateforme, de payer pour 2 ans (somme dérisoire quand on sait ce que ça nous rapporte !), puis de remplir son profil. Après on envoie des demandes en fonction de l’endroit où on va et ce que l’on veut faire. Nous choisissons nos hôtes mais eux aussi nous choisissent parmi de nombreuses demandes. C’était pas gagné d’avance pour nous car nombreux sont ceux qui refusent les végétariens car c’est selon eux trop compliqué à gérer… On a eu la chance de tomber sur la famille de Dave car en plein centre de Perth c’est un Workaway très demandé. En plus ils étaient végétariens comme nous donc on a trop bien mangé !
  • J’ai atterrit dans le food truck grâce à Dave. Il était content de nous à la maison, nous a demandé si on voulait en plus un peu d’argent de poche. J’ai pas travaillé beaucoup mais ça nous a permis quelques sorties sans dépenser de notre poche ! En Australie, beaucoup de choses passe par le bouche à oreille, il ne faut pas hésiter à dire qu’on cherche un travail.
  • Nous sommes arrivés chez Mandy pour une simple mission de bénévolat d’un soir. Une amie était passée par Kununurra et nous avait dit de contacter Mandy car elle a souvent besoin d’aide et de donation pour pouvoir continuer son activité (elle est sur Wikicamp). Le rendez-vous est prit pour un jeudi soir. On a tellement accroché et papoté qu’on est resté la nuit dans son jardin et rebelote le lendemain après avoir fait la connaissance de son mari. Mandy n’est pas sur une plateforme tel que helpX ou work away, et elle n’accepte pas que des gens dorment chez elle, car son mari aime bien être tranquille chez lui. Avec nous elle s’est adaptée avec l’accord de son mari, on dormait dans notre van dans son jardin, utilisait les commodités et elle nous faisait à manger le soir. Nous n’en attendions pas autant ! Depuis, on la tanne pour quelle s’inscrive sur une plateforme et que ce bénévolat puisse profiter a d’autres !
  • Sur Darwin j’ai cherché du travail dans tout et n’importe quoi. Grâce aux petites annonces, j’ai d’abord gardé un papi à domicile très bien payé sans rien faire, mais il me fallait un job fixe. J’ai posté des annonces sur Gumtree (le bon coin local) et déposé des cv un peu partout. J’ai finalement eu un entretient suite a une petite annonce. Un entretien en Anglais, pas facile pour moi qui ne parlais pas un mot 5 mois plus tôt ! Aucune expérience et aucune reférence, je lui demande d’être en cuisine histoire de ne pas être en difficulté avec les clients et m’excuse pour mon anglais moyen. Il me dit qu’il a un poste pour moi mais pas en cuisine, en caisse car il a confiance en moi ! Une grande première, je venais de décrocher un job, sans expérience et mon boss avait déjà confiance en moi ! J’ai mis trois semaines a trouver du travail, mais mon nouveau boss m’a très vite fait remarqué que le numéro sur mon cv était mauvais… J’ai eu de la chance de passer par mail avec lui ! On ne saura jamais, si j’aurais pu avoir un autre job !
6 – Comment t’es-tu logé(e) sur place ?
Quand nous sommes arrivés en Australie on a fait du couchsurfing pendant une semaine à Sydney. On s’est ensuite envolés pour Perth où on a été logés 3 jours chez des amis de Francis avant de trouver notre famille en Workaway chez qui on est restes 2 mois et demi. Après ça, on a acheté un van et depuis nous vivons dedans. Mis à part quelques campings que nous avons été obligé de payer, nous avons rarement payé le logement, même si les auberges de jeunesse sont légion en Australie, ce qui permet aussi de faire des rencontres.
7 – Quelles sont les différences de culture qui t’ont le plus marqué(é) ?
La easy Life Australienne n’est pas un mythe. Les Australiens sont vraiment très cool que ce soit au boulot ou dans la vie de tous les jours. Mise à part ça c’est une culture Anglo-saxone, la culture aborigène n’étant pas très présente a part dans certains lieux protégés. Les rythmes de vie ne sont pas tant différents que ça de la France, mise à part peut être que les gens sont plus sportifs par endroits et font beaucoup plus de choses dehors et en groupe, vu qu’il fait souvent beau et chaud.
Le plus impressionnant au début a été cette reconnaissance qu’on a pas l’habitude d’avoir en France. Etre remercié à chaque fois que tu fais quelque chose qui pourtant te semble insignifiant ou normal (comme passer le balais ou faire un job qui nous était demandé).
8 – Quels sont tes meilleurs souvenirs ?
  • Toutes les expériences et les rencontres que nous avons faites sont de très bons souvenirs pour nous. Toutes les personnes qui ont croisé notre chemin feront partis de nos souvenirs et ont un impact positif dans notre aventure Australienne.
  • On à vécu une expérience incroyable dans un refuge pour animaux sauvages. Donner le biberon et faire des câlins à des Kangourous, avoir des petits qui te sautent dessus dès le réveil, c’était assez incroyable !
  • Travailler sans stress et dans la bonne humeur. On passe plus de temps au travail qu’a la maison, il est donc important de s’y sentir bien. Et malgré le fait que j’adore mon boulot, je ne m’y plaisait plus, être stresser en y allant, et travailler dans de mauvaises conditions, j’en pouvait plus. En Australie, j’ai découvert qu’on pouvait travailler dans la bonne humeur, avec un respect mutuel, un patron qui t’accorde très vite sa confiance, et le tout en étant aussi efficace voir plus que si on était poussé à bout. Une des raison pour lesquelles je ne me voit pas revenir bosser en France un jour… J’ai même était employee du mois des le premier mois d’ouverture du restaurant, c’est pour dire !
 PVTAustralieparaurelievalisevolantenasei4
9 – Les moins bons ?
  • L’Australie est un pays magnifique qui a une histoire récente, mais assez dure et controversée. En venant en Australie, nous voulions aller à la rencontre de tous ses habitants, et notamment les aborigènes qui sont souvent délaissés. Nous gardons toujours en tête de partir à leur rencontre et de découvrir leur culture. Malheureusement pour le moment nous avons rencontré les aborigènes uniquement dans les grandes villes, où ils sont en marge de la société, et très souvent alcoolisés. Ils nous renvoient bien trop souvent notre insécurité et inconfort qui nous a fait ne pas aimer certains aspect de la Nouvelle-Calédonie…
  • Les conditions des backpackers. On est souvent vu comme des parasites, regardés d’un mauvais oeil, même si souvent cette impression est colportée par les backpackers eux mêmes. Pourtant les Australiens nous adore, nous n’avons fait que de belles rencontre grâce à notre mode de vie. Ce que je trouve stressant c’est de devoir être sans arrêt aux aguets de savoir si on est en infraction ou pas, si on a le droit de faire ci ou ça… Les Rangers trouveront toujours une excuse pour mettre des amendes quand ils le veulent vraiment. On est censés connaitre la loi Australienne par coeur selon eux !
10 – Qu’est ce que cette expérience t’as apporté ?
L’apprentissage de l’Anglais. Rien de mieux que de s’immerger dans un pays pour apprendre sa langue. Je ne parlais pas du tout anglais en arrivant ici, mais même si c’était compliqué au début, les Australiens que nous avons rencontré nous ont mis en confiance et nous ont aidé à progresser. Prochaine étape, le fameux test d’Anglais, st Graal pour décrocher un sponsor en Australie.
Vivre dans un van tous les jours te fait prendre conscience de l’importance d’un mode de vie minimaliste. C’était pas évident au début car venant de Nouvelle-Calédonie, on avait envie de consommer à fond, d’autant que les Australiens sont de très gros consommateurs. Mais finalement on s’est vite rendu compte que ce n’était pas ce qu’on consommait qui nous rendait heureux, mais les expériences et les rencontres, et surtout de faire ce qu’on voulait de notre vie.
Ton message aux lecteurs : As tu des conseils, bons plans, lieux incontournables à donner à ceux qui voudraient tenter l’expérience ?
Si vous vous posez des questions c’est que vous êtes presque prêts, arrêtez de penser, et foncez ! La meilleure façon de voyager, vivre ou travailler en Australie et d’aller à la rencontre des locaux. Oubliez vos habitudes françaises, vivez local et lâchez prise. 
Si vous comptez renouveler votre visa, envisagez d’autres type de travail que le travail en ferme. Nombreux sont les français que nous avons rencontrés à ne pas apprécier l’Australie ou les Australiens à cause d’une mauvaise expérience en ferme. Dans le Northern Territory vous pourrait bien gagner votre vie en travaillant dans la construction par exemple.
Don’t dream your life, live your dreams…

Pour en savoir plus sur les voyages d’Aurélie, rendez vous sur son blog AFNewsTravel.com.

Mais suivez-la aussi sur Instagam, Twitter, Facebook, et sur Youtube.


Plus de news et de témoignages de voyageurs SUR LE FACEBOOK,TWITTER ET INSTAGRAM DE VALISE VOLANTE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *