expérienceaustraliemargotvalisevolante

PVT Australie, l’Aventure de Margot

Si vous êtes lecteur habituel de Valise Volante, vous n’aurez pas ignoré le fait que le PVT (ou Visa Vacances Travail) est un sujet récurrent. Une fois encore aujourd’hui Margot s’y met pour nous raconter son aventure en Australie, et croyez moi, ça vaut le coup de lire jusqu’au bout !


Margot, peux tu te présenter ?
J’ai 27 ans et je viens de notre belle Normandie. Je suis une non-violente qui fonctionne aux coups de tête, j’aime la vie et le pâté. Je finis actuellement ma deuxième année de Working Holiday en Australie et serai de retour en France en Decembre pour quelques mois. J’ai travaillé comme aide-soignante pendant 5 ans avant de partir à l’aventure. 

pvtaustralie2anstravaillerenaustralievalisevolanteparnasei

Pourquoi avoir choisi un PVT en Australie ? Qu’est ce qui t’as attirée dans cette destination ?
L’Australie, ça sonne comme le bout du monde, l’inexploré les grands espaces la LIBERTE!  Comme beaucoup je pense c’était un rêve d’enfant, mon chapeau de cow bow, nager avec les dauphins, sauver les koalas. Le rêve a été mis de côté pendant longtemps, juste après le bac ça me semblait impossible de partir. Ensuite, les études d infirmière que j’ai arrêté, le boulot… Et puis une relation décevante (je pense que beaucoup partent pour ces raisons.)

Du coup un départ pour l’ Espagne ou je suis restée 9 mois, et la décision pour l’Australie s’est faite naturellement. Je suis revenue travailler en France pour quelques semaines et ai acheté mon billet . L Australie a cet avantage de ne pas demander de quota, il n’y a pas de sélection, ce qui permet un départ plus « rapide » que disons, un PVT au Canada. C’est également ce que je voulais, pouvoir repartir très vite, j’avais choppé la bougeotte.

.

Avais-tu déjà vécu à l’étranger, ou voyagé seule avant ton PVT ?
Oui comme dit plus haut j’ai vécu 9 mois en Espagne (à Barcelone) avant de partir en Australie.

pvtaustralie2anstravaillerenaustralievalisevolanteparnasei

Quel a été ton parcours en Australie ?
J’ai commencé par passer 10 jours à Sydney, en couchsurfing et backpacker hostel. Puis un ami migrateur que je n’avais pas vu depuis environ 2 ans m’a proposé de le rejoindre à Margaret river, nous avons du boulot! Pendant quelques mois nous travaillons dans une free range eggs farm. Moi qui détestais les poules, j’étais servie. (Oui, la volaille, ça m’angoisse.) 40 000 poules, des oeufs a ramasser, des poules mortes à dégager, des poules malades qu’il faut mettre dans un enclos special. J’en suis devenue maman poule, a croire quelles se sentiront mieux si je leur chante des berceuses. Ce job là ne s’est pas forcément bien fini, quelques différends avec la patronne. Mais au moins presque tous mes jours de ferme étaient signés! 

Au bout de 4 mois à peu près je décide de faire le tour de Tasmanie en stop. Je n’ai aucune préparation, sauf un backpackers hostel reservé pour la première nuit. Le mois que j’ai passé là bas a été incroyable, des endroits magnifiques, des surprises, des rencontres incroyables. En faisant du stop, tu n’as pas le choix, il faut parler, s’adapter. 

pvtaustralie2anstravaillerenaustralievalisevolanteparnasei

Retour à Melbourne, pareil je n’ai pas réfléchi, c’était simplement le billet le moins cher. Je ne le regrette pas une seconde. J’ai vendu des peintures en porte à porte, distribué les annuaires, travaillé pour un festival. Un ami de Margaret est venu dans l’appartement que je partageai avec 7 autres personnes. Il devait rester à court terme et a fini par devenir mon coloc et collègue de travail officiel. Je crois qu’il est encore un  peu choqué de m’avoir vue tant de matins la tête dans le four en train de manger les lasagnes froides de la veille. Notre collocation était top, Melbourne est une ville géniale. Au bout de 3 mois sur Melbourne, je décide de passer un mois à Bali. Puis je reviens avec une amie dans le Nord pour passer 3 mois à Katherine, quelques temps à Cairns, un mois en Nouvelle-Calédonie. Après la nouvelle-calédonie j’ai changé mes plans de rester sur la East Coast pour retourner quelques mois sur Margaret river, retrouver celui qui partage aujourd’hui mes envies d’ aventures. Après environ 6 mois sur Margaret, nous avons chargé le 4.4 et sommes repartis sur les routes, traversant d’Ouest en Est en passant par Uluru et Adelaide. Au moment où je t’écris, je suis à Byron Bay, où l’on se pose un peu après 2 mois non stop, il faut bien renflouer les caisses.

.

As-tu travaillé ? Comment as tu trouvé ton emploi et quelles étaient les conditions de travail ?
J’ai fait pas mal de jobs en Australie, en restauration, en ferme, dans des festivals, des rodéos, des hotels. Soit en postulant sur le site internet Gumtree, mais surtout grâce aux relations, des amis d’amis, des partages de bons plans. Je pense que même si ce n’est probablement pas aussi facile qu’avant (l’image de l’Australie , el dorado du travail, tapis rouge et paye glorieuse) il est quand même assez facile de trouver du travail en Australie, même si bien sur j’ai quelques fois été chanceuse.

 Quand je dis c’est simple, je veux dire que les australiens ont cette ouverture d’esprit qui fait que ici, on s’en fout un peu de ce que tu as fait avant, si tu es connu dans ta branche ou dans ton pays. Ce qui compte c’est de montrer que même si tu n’es pas bardé de diplome dans le domaine dans lequel tu postules tu es capable, tu as l’envie et tu te bouges. 

 A part ma première boss qui a pété les plombs et m’a virée comme une malpropre (apparemment c’est sa spécialité) j’ai toujours eu de super conditions de travail. Je veux dire oui, le boulot de ferme, c’est dur physiquement. Récurer des toilettes vraiment sales ou servir des bières à des personnes déjà saoules, quelques fois, c’est chiant. Mais, c’est partout pareil! J’ai (presque) toujours eu de super boss , de bonnes paies, qui me permettent de me payer des billets d’avion, de super repas, de l’essence. J’en demande pas plus. 

.

Que penses-tu de la culture Australienne, des Australiens en général ?
Pour en revenir au travail par exemple, Il y a une chose que j’apprécie particulièrement, c’est que en général les employeurs te donnent ta chance. Ils te donnent l’occasion de montrer ce que tu vaux, et pas seulement de démontrer ce qu’il y a sur ton résumé. Encore une fois, il y a des personnes moins honnêtes que d’autres, mais qui peut me dire que tous les patrons français sont irréprochables!!

Et mon expérience personnelle m’a démontrée que les Australiens sont toujours près à donner un coup de main, et super accueillants. Mais encore une fois je ne veux pas faire de généralités.

 pvtaustralie2anstravaillerenaustralievalisevolanteparnasei

Y a t’il des personnes ou des évènements qui t’ont fortement marqué au cours de ton séjour ?
Pfiou des tas! J’ai rencontré des amis qui sont maintenant une part de ma famille et que je vais revoir sans aucun doute. d’autres que je ne reverrai probablement jamais, mais qui ont fait de ces moments des moments spéciaux. 

Avec une très bonne amie nous avons été invitées sur un catamaran pour voguer sur la barrière de Corail pendant quelques jours avec Capitaine Michel. Je crois que me réveiller avec le soleil sur le pont de son bateau est un souvenir qui me donnera toujours des frissons. Toujours avec cette amie nous avons également été hébergées chez notre Mama Bear, une femme extraordinaire qui nous a proposé de rester dans sa maison le temps que l’on voudrait, après avoir discuté dans un petit café à Mission Beach. 

Etre prise en stop en Tasmanie par un monsieur qui finira par m’envoyer dormir chez ses parents (80 ans) parce que « dormir sur un bon matelas, ça fait pas de mal de temps en temps » et finir par montrer à sa maman où se trouve la France sur des cartes qui ont probablement son âge.

Se perdre dans la jungle en Malaisie, ou se faire prendre en stop à Lifou (Nouvelle Caledonie) par Marie pour finir à rester une semaine chez elle, rencontrer un de ses amis tatoueurs et me faire tatouer sur sa terrasse.

La première vague en surf (je suis nulle mais j’adore ça), les requins baleine en snorkelling, les kangourous, se réveiller à 4.30 du matin pour marcher 10 km autour d’Uluru, organiser une énorme pool party à l’hostel de Katherine, la première fois que j’ai conduit à gauche… 

J’arrête là, parce que je vais m’emballer. Tout n’est pas toujours bonbons et chocolat, mais même les galères finissent par avoir un gout agréable.

.

Ce PVT a t’il changé quelque chose dans ta vie ? As-tu des projets après ce voyage ?
Ça m’a fait réaliser que j’étais capable de bien plus que ce que je ne pensais, et que il ne faut pas s’arrêter. Rien ni personne ne fera les choses à notre place. Jacques Brel le dit superbement « On ne meurt pas de se casser la gueule. On ne meurt pas d’humiliation ».

Mais surtout, j’ai rencontré celui avec qui des projets sont faits, avec qui j’ai envie de partager le bon et le mauvais. La prochaine destination sûre est le Canada (mais encore plus l’Alaska) où l’on souhaiterai essayer de monter quelque chose en rapport avec de la nourriture mobile (un food truck par exemple). Personnellement ce que je veux c’est faire du kayak avec des orques, devenir une vraie « musheuse » (travailler avec les chiens de traineau), m’acheter une chemise à carreaux et manger des pancakes au sirop d’érable, le reste je m’en calice. (Esther, si jamais tu lis ça.)

pvtaustralie2anstravaillerenaustralievalisevolanteparnasei

Penses-tu revenir un jour en Australie ?
Un jour, oui.

Pour finir : Aurais-tu des conseils, bons plans à donner aux lecteurs de Valise Volante ?
Je n’ai pas vraiment de conseil à donner dans le style de faite le, ça vous changera la vie etc. . Je pense que les gens n’ont pas besoin qu’on leur dise comment voyager, et on voit de plus en plus de personnes qui se permettent des réflexions assez hallucinantes sur les « bonnes » et les « mauvaises » façons de voyager. Qui se permettent de dénigrer les personnes qui ont des enfants ou ce genre de choses.

 A eux oui j’aurai un conseil à donner, c’est de descendre de votre nuage. Vraiment.

Sinon je crois que je voudrais juste dire que c’est OK, si durant votre voyage tout n’est pas tout beau, selfies, citations et filtre instagram. Il y aura des rencontres pas forcément très heureuses, des coups durs et des coups de mous, des mauvais plans boulot, des déceptions. Vous ne ferez probablement pas tout ce que vous aviez sur votre bucket list et c’est tant mieux. Laisser les belles choses vous arriver et les mauvaises aussi. N’essayez pas d’avoir du contrôle ce que vous ne pouvez pas controler, et n’écoutez pas les mauvaises langues qui vous diront comment faire votre vie.

Ah et aussi, ne tombez pas dans le piège des Tim-Tam double chocolat.


Plus de news et de témoignages de voyageurs SUR LE FACEBOOK,TWITTER ET INSTAGRAM DE VALISE VOLANTE !