routedubluesvalisevolanteparnasei

Road Trip aux USA, par Jerry T

C’est la première fois que je vous présente sur Valise Volante un article parlant de ce type de voyage : le vrai Road trip à l’Américaine ! Pour cela autant faire les choses bien, en parlant avec un passionné d’une musique pure US : le Blues. C’est parti sur les routes des États-Unis avec Jerry T, musicien, chanteur, mais surtout véritable passionné !


Peux tu te présenter ?
Moi c’est Jérôme, aussi connu sous le pseudo de Jerry T. Je suis membre du groupe de Blues Jerry T et les Black Alligators. De jour j’ai un travail et le soir je m’occupe du Blues et de faire vivre un peu toute cette culture. C’est notamment en m’intéressant à cette culture que j’ai pu partir à différents endroits du monde. Entre autres aux USA.

routedubluesvalisevolanteparnasei7

Dans quelles conditions as tu été en voyage aux states ?
J’ai d’abord été aux Etats-Unis par curiosité. La passion du blues a été tellement forte que il fallait que j’aille me rendre compte moi même de mes yeux et de mes oreilles de ce qu’était cette culture musicale. Et bien sûr les USA c’est le rêve américain, pouvoir se réaliser et réaliser les choses qu’on aime et qui nous passionnent. C’était un passage obligé pour moi !

Les conditions, c’est d’abord que j’y suis allé sur un coup de tête : des petits voyages, comme quelques jours à New York. Puis avec des amis fans de musique nous avons choisi de partir en road trip (De 3 semaines à 4 semaines). On a fait des boucles de plus de 3000 miles dans des états qui nous tenaient à cœur, parce que c’étaient ces cultures qu’on avait envie d’aller voir.
Egalement ça fait 3 ans que j’écris des chroniques. Je reçois des albums chez moi et j’interview des artistes de blues. En faisant ça j’ai eu l’occasion de partir faire des petits voyages en europe, en France, et aussi de réaliser des interview aux US.
Par exemple dans mon prochain voyage, je sais que je vais réaliser des interview de personnes importantes de l’histoire de la musique. Cet aspect médias, promotion de cette culture du Blues me permet en plus d’avoir de supers rencontres !

Comment as tu trouvé cette opportunité de travailler pour Blues Magazine ?
C’est de fil en aiguilles, au moment où j’ai travaillé avec le premier média qui s’appelle Lords of Rock. Avec une ancienne copine de promo qui travaille pour le site internet (qui fait la promotion culturelle de tout l’esprit blue rock hard rock metal). On couvre des évènements sur l’Europe, la France, on rencontre des artistes. Avec l’expérience tu rencontres des gens, ceux de l’ombre un peu : les photographes, les attachés de presse, médias…
Il suffit parfois de petites choses pour provoquer de supers rencontres et opportunités. Ces gens m’ont tendu la main, m’ont proposé de travailler pour un second media : zicazik.com. Qui est un des plus gros média sur internet en France qui promeut toute la culture musicale. Par la suite, j’ai pu rencontrer les photographes de Bluesmag, on a parlé de notre travail de photo de chroniques… En leur parlant de mon expériences, du fait que je parlais couramment anglais, et que je n’avais aucun a priori à rencontrer des grosses pointures du rock et du blues, Le magazine m’a proposé de contribuer à leur travail. Ca fait maintenant un an que je travaille pour Blues magazine et que je couvre des évènements musicaux en France et à l’étranger sur mon temps libre.

routedubluesvalisevolanteparnasei3

D’où te vient cet accent très Américain quand tu parles anglais ?
Déjà; je pense que l’anglais Américain c’est le « vrai » anglais !  Je trouve l’anglais Londonien vraiment proutprout !  Et pour avoir rencontré des gens du Misissipi ou du Texas, il ne sont pas aussi caricaturaux qu’on peut se l’imaginer. L’accent British, c’est un bloody ridiculous accent, vraiment trop proutprout et pas proche des émotions je trouve !
Pourquoi je parle Anglais Américain ? Ca vient de deux choses essentielles : les jeux vidéos (je passe mes consoles en VO avec beaucoup de jeux vidéos en anglais) et les séries bien sûr.
Au fur et à mesure de m’intéresser à cette culture j’ai aussi développé mon accent. C’est marrant d’ailleurs parce lorsque je parle avec des américains ils disent souvent « ouah vous parlez super bien anglais, c’est super rare un bel accent Américain ! ». Ils sont très étonnés de voir des français se débrouiller avec leur langue. Parce qu’on sait bien que c’est pas le fort des français de parler proprement une langue. Et pourtant, dans ma musique je chante aussi en Anglais. Et à l’inverse en terme de prononciation, les Américains me disent « là il y a du travail parce que ton accentr on l’entend pas ». A l’oral je peux avoir l’accent, mais visiblement pas assez au chant. Merci de trouver que j’ai un accent américain, mais je dois encore le travailler et approfondir tout ça !

Quelles sont tes rencontres les plus marquantes ?
C’est aux Etats-Unis sur un de mes premier circuit. On restait à la nouvelle Orléans plusieurs jours dans un petit shack (grande maison en bois très allongée typique) avec un pote. Dans cette grande maison il y avait 12 personnes. La « Snail house », avec au centre de cette maison un grand piano. On s’est sentis très à l’aise dès le premier soir : Il y avait des artistes, des danseurs, des grapheurs… Et on est très vite devenus amis avec tout le monde. On a vécu la vraie Nouvelle-Orléans, à se promener dans les petites rues reculées, à prendre nos muffins au petit déjeuner dans la bakery du coin. Dans ce groupe il y avait Bennie, Benjamin, qui est un Américain originaire du Michigan. Musicien amateur, fan de culture française, de Paris, de la poésie, et auteur de comédie musicale (qu’il a d’ailleurs écrit sur place). Avec Bennie on a passé beaucoup de moments forts, dans New Orleans, dans la vieille ville, aller voir des concerts live, jouer de la musique ensemble…Vraiment une super rencontre.
L’histoire veut que 3 ans plus tard, Il était revenu du côté du Michigan dans le nord. Et le hasard a voulu que je passe à Mineapolis dans mon voyage, là où il vivait. Il m’a évidemment invité à venir boire une bière (dans une distillerie locale que seuls les locaux connaissent), on a mangé des fried fish dans des petits restos, et nous avons été manger des saucisses d’alligators en bons souvenirs de la New Orleans !
Bennie, c’est un des plus belle rencontre qu’on a vécu, un ami que j’ai toujours plaisir à retrouver. Il est déjà revenu en france une fois, et bien sûr il sera hébergé chez moisi il revient.

routedubluesvalisevolanteparnasei

Où est ce que tu as été aux USA ?
J’ai fait 7 voyages aux USA, dont 3 fois à New York. Je ne pourrais jamais dire que je connais NY comme ma poche parce que c’est une tellement grande ville ! on a jamais fini de la découvrir. C’est la ville la moins Américaine des Etat-unis. Mais dès qu’on sort des trucs touristiques, NY a aussi sa réelle culture Américaine. Il existe un vrai NY Américain et un vrai NY cosmopolite et touristique.

Sinon je suis parti dans le Sud des Etats-Unis. Avec un ami on a fait le Texas, la Louisiane, on a longé le fleuve Misissipi jusque l’essence même de la culture Blues. On est remontés dans le Tennesse, à Memphis et Nashville. Puis on est redescendus en passant rapidement vers l’Alabama; puis la Nouvelle Orléans avec les rencontres dont j’ai parlé avant. Pour finir à Houston au Texas pour le vol retour. Je retiens surtout qu’on a rencontré des gens très heureux qu’on puisse s’intéresser à leur culture. Nous avons été invités plusieurs fois à dormir chez des gens, invités dans des maisons datant d’avant la guerre de sécession…

Ensuite j’ai fais une boucle dans le Nord. Cette fois ci nous sommes partis du Canada, de Montreal, puis Toronto jusque Niagara falls. On a traversé la frontière jusque Detroit, Chicago. Ville qui restera à vie gravé dans ma mémoire. Il y a un seule vraie ville américaine, c’est Chicago. La ville Américaine, de la musique du Blues, du cinéma, des grandes Tours, cosmopolite, des Américains de toutes nationalités qui vivent les uns à côté des autres : blacks, polonais, chicanos, c’est chicago ! Ensuite Greenbay (winsconsin), Mineaopolis (pour retrouver Bennie) puis on a reprit la route vers le Canada. Ensuite on a continué à traverser la foret du canada devant un spectacle magnifique de lacs et de forets absolument grandioses. Pour finalement rentrer jusque Montréal, une boucle de 5500 km ! Les canadiens sont aussi des gens au grand coeur tant qu’on se fout pas d’eux ils sont prets à donner beaucoup.

routedubluesvalisevolanteparnasei1

Quel est ton meilleur souvenir ?
J’ai eu l’occasion de jouer dans le Mississippi. Pour un Bluemans c’est quelque chose de fort et puissant car toute la musique qu’on aime elle vient de là. J’ai eu l’occasion de jouer dans un juke junks, (c’est une salle de concert typique de là bas) avec des gens qui sont signés en label américain et deux groupes de Français. On s’est tous retrouvés sur scène, et j’ai fait 25 minutes de concert avec eux ou j’ai pu chanter, avoir une guitare et jouer. Et la soirée qui en a suivit état grandiose ! Jouer avec des amis français, dans le Mississippi, forte et vibrante.

Les moins bons ?
Je sais pas…pff…Je n’ai jamais perdu de bagages, je ne me suis jamais fait emmerder par quelqu’un…Le moins bon ça peut être le passage de la douane à NY ! Vous savez, c’est interdit de prendre des photos à la douane des Etats-unis. A l’entrée de la douane tu as un grand drapeau sur le mur marqué « Welcome to USA ». Moi j’étais content, c’était un de mes 1er voyage, j’ai prit le drapeau en photo. Evidemment le flash de mon appareil s’est enclenché. Et là…Ca fait 30 secondes que tu es aux Etats-Unis et limite tu te fait plaquer au sol par un flic, la main sur le gun, qui est venu presque t’insulter pour supprimer toutes les photos de ton appareil.
Ce genre d’évènement ça refroidit un peu. Mais passé la douane Américaine, il vaut mieux se la fermer et ne pas attirer l’attention.

routedubluesvalisevolanteparnasei6

Y a t’il des lieux où tu aimerais retourner, ou découvrir aux US ?
Deux grosses boucles que je voudrais faire : déjà revoir Memphis et Clarksdale dans le Mississippi. Parce que c’est le lieux de naissance du Blues et toute sa symbolique et toutes les rencontres qu’on peut y faire lorsqu’on est passionnés par ce sujet.
La seconde, je voudrais aller à Dallas et traverser le désert jusque Vegas. J’irais jusque la frontière avec le mexique. Dallas, Austin, Reno, Nouveau mexique, puis la route jusque le Nevada, San juan je crois…Bref il s’agit de faire une grosse boucle traversant le Nevada. Et découvrant tous les hauts lieux du Western, tout en rencontrant les gens du fin fond des Etats-Unis.
Sinon à l’international : le Japon, c’est obligatoire. Puis je rêve de faire une tournée des Whisky en Écosse, même en partant de Londres jusque l’Écosse en Mini !

Est-ce que tu aurais des conseils à donner aux passionnés qui aimeraient faire le même type de voyage que toi ?
Si vous êtes passionnés, les lieux que vous voulez voir, ce que vous voulez vivre, faites le jusqu’au bout. Programmez votre voyage comme vous en avez envie. Parce que lorsqu’on est passionnés de quelque chose, il n’y a personne qui fera un circuit pour vous. La meilleure chose à faire c’est de se le préparer sois même, et d’organiser les hébergements avec un tour opérateur ou un airbnb. Les agences de voyages sont aussi à l’écoute de ce genre de demande, et peuvent très bien vous orienter. Entre temps, le reste vous appartient, vous pouvez vous organiser comme vous le souhaitez ! Montez votre propre voyage, ne soyez pas déçus. Louez aussi une voiture, il ne faut pas avoir peur de le faire. C’est la clé de la liberté. Enchainer les transport c’est bien mais cher alors qu’une voiture de loc’ tu es indépendant !

Merci valise volante, je me suis éclaté à répondre à tes questions. Gros bisous et bon voyage à tous !

routedubluesvalisevolanteparnasei9

Pour en savoir plus sur les activités musicales de Jerry T :


Plus de news et de témoignages de voyageurs SUR LE FACEBOOK,TWITTER ET INSTAGRAM DE VALISE VOLANTE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *