hannah travailler à londre kings college

La passion d’Hannah pour Londres

C’est pour deux articles que Hannah a accepté de répondre à mes questions. D’abord pour sa vie à Londres blabla. Et ensuite pour son premier tatouage fait également dans la capitale Anglaise, mais ça c’est pour un prochain article !


Peux tu te présenter ?
Je m’appelle Hannah, j’aurai 20 ans fin novembre. Je fais des études de cinéma au King’s College London où je m’apprête à entamer ma seconde année. 

hannah travailler à londre kings college

Pourquoi es-tu partie en Angleterre ?
Après mon bac à 17 ans, je ne savais pas quoi faire, mais je voulais partir. D’une part partir de chez moi (je m’entends très bien avec ma mère mais j’aime l’autonomie et l’idée de vivre seule était un challenge alléchant), mais surtout partir de Paris. 

Pourquoi avoir choisi spécifiquement Londres ?
Depuis toute petite je suis folle de Londres, alors même que je n’y étais jamais allé, c’est un voyage en première avec ma mère où on a fait tous les meilleurs trucs que j’ai pris ma décision définitive : ça sera Londres ou rien.

Cela a t’il été difficile de tout quitter en France aussi jeune pour partir à Londres ?
Au début, pas du tout. La seule éventuelle difficulté, c’était qu’à Londres, à 17 ans, tout était compliqué : j’ai du allumer mes bougies à la gazinière pendant plusieurs moi car on refusait de me vendre un briquet car je n’avais pas 18 ans ! Ma mère me manquait, mais on s’appelait de temps en temps. Les premiers mois, j’étais comme une enfant à Disney : je me baladais tout le temps seule, je mangeais seule, et j’adorais ça. Après quelque mois, cette solitude m’a un peu pesé.

hannah travailler à londre kings college

As-tu travaillé ? Si oui, comment as-tu trouvé ton travail ?
J’ai trouvé un job de serveuse dans un restaurant japonais le premier jour de mes recherches grâce à l’application Job Today : 17 ans, aucune expérience de service, mais ils m’ont donné ma chance et j’y travaille encore de temps en temps quand ils ont besoin de moi, une fois par semaine par exemple, nous sommes très copains.

Tu as étudié également, comment ça s’est passé ?
La première année, j’ai fait une gap year, c’est-à-dire que j’ai travaillé à plein temps pour découvrir la ville et aussi me découvrir un peu moi même. Au milieu de cette année de césure, j’ai plus ou moins décidé tout d’abord que je souhaitais rester à Londres, puis que je voulais faire du cinéma. J’ai rempli tous les docs sur UCAS et j’ai été acceptée au King’s College London, et voilà ! Pendant ma première année, je travaillais une fois par semaine, parfois 2 si mon boss avait besoin d’un coup de pouce. Pour l’année qui arrive, ma deuxième donc, je vais faire la même chose. 

Est-ce que tu vivais seule ou en coloc ? Comment ton quotidien se passait ?
La première année, j’étais dans une super colocation avec deux français. On s’entendait super bien, jamais d’embrouilles, on partageait nos journées et parfois des dîners ou des verres au pub. La deuxième année, j’ai intégré une résidence universitaire. Je ne parlais pas à mes colocs, je les voyait peu, et ils ne m’intéressaient pas beaucoup. J’ai passé beaucoup de temps seule pendant ma deuxième année. 

Quels sont tes meilleurs souvenirs de cette expérience ? tes moins bons ?
Des bons, j’en ai trop. Pour n’en citer que quelques uns : mon road trip à Oxford et Cambridge avec les copains, celui de 10 jours lorsque mon père est venu me voir (Oxford, Cambridge, château de Downton Abbey, Bath, la totale), mon copain et notre meilleur ami qui sont venus pendant 4 jours, la pièce que j’ai vu avec David Tennant (Don Juan in Soho) et le rencontrer ensuite, lorsque je me suis teint les cheveux en bleu, et le meilleur de tous : les 2 concerts de Green Day à Londres, mais surtout celui à Hyde Park.

hannah travailler à londre kings college

Mes moins bons.. Il y en a plusieurs. Déjà, les fois où l’Eurostar était trop cher et où j’ai dû prendre le bus pour rentrer à Paris : 10 heures dans les pattes, avec réveils au milieu aux frontières. Pas fun. En période d’examen et de rendu d’essay, c’est très compliqué aussi. Comme j’ai dit, j’étais très seule la deuxième année, j’ai eu beaucoup de mal à me concentrer et à me focaliser sur mon travail, ça a affecté ma vie quotidienne : je ne faisais rien parce que je culpabilisais de ne pas travailler, mais en même temps lorsque je ne faisais rien je ne travaillais pas non plus. Un cercle vicieux donc !

Qu’as-tu tiré de cette expérience ?
Anticiper les deadline des essais ! Et également que je dois me tenir occupée, sinon je rumine. 

Est-ce que tu es repartie seule à l’étranger après cette expatriation ?
Non, et désormais il y a peu de chances que ça arrive. 

Que fais-tu aujourd’hui ? Quels sont tes projets d’avenir ?
J’ai rejoint mon copain pour l’été à Paris, j’ai trouvé un job chez MinuteBuzz dans le 10ème, on s’est installé ensemble et il a prit la décision de me suivre à Londres. Nous avons trouvé un appartement, sans colocs cette fois, j’entame ma deuxième année. Pour l’instant, je ne vois pas plus loin. J’aurais encore ma troisième année à faire à Londres, ensuite nous aimerions voyager, voir du pays, comme tous les jeunes. Mais je ne sais pas encore si on le fera. 

hannah travailler à londre kings college

Enfin, aurais-tu des conseils/bons plans à ceux qui rêveraient de faire comme toi ?
Londres, ça à l’air difficile, mais ça ne l’est pas. Il suffit d’être vraiment motivé : trouver un job, c’est facile. Et c’est tout ce dont quelqu’un à besoin à court terme pour s’installer ! Une fois que c’est fait, vous pouvez profiter de la ville et de tout ce que le pays offre. Et n’ayez pas peur du Brexit 😉 


Plus de news et de témoignages de voyageurs SUR LE FACEBOOK,TWITTER ET INSTAGRAM DE VALISE VOLANTE !

3 réflexions sur “La passion d’Hannah pour Londres

  1. Joyful Dreams dit :

    Je ne fais que tomber sur des articles de français partir en Angleterre pour y vivre en ce moment c’est un signe ? Peut être, car moi aussi je souhaite partir y vivre l’année prochaine. Et son article me donne encore plus envie 🙂 C’est un peu difficile de mon côté comme je suis free-lance, mais je ne vais rien lâcher et me lancer ! C’est aussi un rêve de petite fille et depuis que j’y vais fréquemment je suis de plus en plus amoureuse de cette ville. Je comprends pourquoi tant de gens rêvent d’y habiter 🙂
    Bisous.

    • Nasei dit :

      Je ne sais pas dans quel domaine professionnel tu travailles, mais je pense qu’être Freelance est d’autant plus un avantage pour partir ! Si ton projet c’est de partir, tu peux te lancer pour un court terme pour commencer, et pourquoi pas rester sur place plus longtemps par la suite ? 🙂 Bon courage dan tes projets en tous cas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *