volontariat au japon 2

Mon volontariat au Japon

Mon volontariat au Japon n’était pas mon tout premier, et pourtant ce fût une expérience unique. Au cœur des montagnes, j’ai vécu dans une maison ancestrale japonaise, dans une ancienne famille de Samouraï. Je vous emmène à Yamashinden, dans la province de Nagano !


iconeavionvalisevolanteparnasei Destination : Yamashinden, province de Naganoiconevoyageurvalisevolanteparnasei ConditionsVoyage retour du PVT
iconenuagevalisevolanteparnasei Période : Octobre et Novembre / iconemontrevalisevolanteparnasei Durée : 3 semaines

volontariat au japon 4

Yamashinden, le village caché aux pommiers comme j’aime l’appeler. Sa vraie traduction n’est pas si lointaine du surnom que je lui ai prêté en vérité, car Yamashinden est véritablement un village caché, situé sur les hauteurs de Nagano niché dans les montagnes. C’est un cocon de douceur jalousement protégé par sa petite communauté de producteurs de pommes et d’agriculteurs anciens. Yamashinden, c’est le petit village typique Japonais, où tout le monde se sert les coudes. L’argent ne fait pas loi ici, c’est plutôt l’échange de bons services et de politesses entre voisins. La moyenne d’âge est de 70 ou 80 ans, et on trouve dans ses murs plusieurs centenaires encore en très bonne forme que l’ont peut retrouver chaque jour dans leur potager à entretenir avec amour leur production.

Avec mon compagnon, nous avons eu une chance inouïe de vivre dans ce cadre pendant 3 semaines. 3 semaines magiques en plein Automne, saison magistrale pour visiter le Japon. Sur cette période nous avons eu la chance d’observer la foret changer doucement ses couleurs, passant d’un jaune pâle à de superbes couleurs de feu : orange, rouge et brun. Chaque jour était un émerveillement et chaque moment passé à travailler dans la montagne était un plaisir.

volontariat au japon 3

– Comment trouver un HelpX au Japon ? –

Commençons par le commencement. Comme en Nouvelle-Zélande, et parce que nous y étions déjà inscrits, nous avons choisi de passer par le site HelpX pour trouver notre volontariat au Japon. Il faut s’y prendre très longtemps à l’avance. Pourquoi ? Parce que le Japon ne propose pas beaucoup de volontariats gratuits, qu’il y a peu de vraies familles japonaises qui sont prêtes à vous ouvrir leur portes, et qu’elles sont très sélectives. Nous avons donc débuté nos recherches en Juillet, presque 4 mois avant le début de notre volontariat.
Quand je vous dit que les familles sont exigeantes, c’est que notre famille d’accueil l’a été aussi. La mère de famille, Naomi, ne souhaitait pas recevoir d’hommes seuls ou en duo dans sa maison. Il lui fallait impérativement une fille, deux filles, ou au mieux un couple.

Nous avons eu deux réponses positives sur 7 demandes de volontariat, tous les autres étant déjà complets. Et nous n’avions pas de limite géographique ! Notre choix s’est porté sur la famille de Naomi et Roland (et leur fils de 7 ans) pour une simple raison : c’était une famille Anglo-Japonaise, vivant dans une maison traditionnelle en montagne. L’autre HelpX qui nous avait répondu se trouvait être un groupe d’étrangers animant une auberge de jeunesse. C’était mon job en NZ, et nous voulions une vraie expérience de vie avec des locaux, le choix a été rapide !

volontariat au japon 5

– Comment se déroule un volontariat au Japon ? –

Notre travail consistait majoritairement à assister Roly (Roland !) dans son travail. Roly est professeur d’Anglais dans la province de Nagano, et son petit plaisir c’est la production de pommes. Depuis quelques années qu’il s’y est mit, il a prit goût à la vie au grand air et à l’agriculture. C’est aussi un parfait moyen pour lui de se mêler à la communauté du village de Yamashinden, car il ne parle que quelques mots de Japonais (et ne semble pas vouloir en faire plus !). Notre tâche principale était de dégager un immense terrain pour le préparer aux futures plantations de pommiers qui étaient prévues pour cette année. Le travail était vraiment difficile physiquement, et nous étions au champ de 9h à 16h tous les jours, un seul jour de repos par semaine. Nous avons ratissé les herbes, ramassé des pierres, débroussaillé les arbres, coupé du bambou…et le tout avec une vue exceptionnelle sur la forêt, les montagnes, et plus bas la ville de Nagano. Malgré la difficulté de ce travail, ce fût un pur plaisir que de travailler sur ce champ.

Roly nous a amené à plusieurs reprises avec lui en cours d’Anglais également, pour adultes et enfants. Nous étions en charge de nous présenter et d’aider les élèves dans leur apprentissage. Nous avons passé Halloween dans une salle de classe de maternelle quelque part dans une ville de la banlieue de Nagano, les enfants étaient trroooop mignons dans leurs costumes ! Nous étions également des vrais compagnons pour Roly, qui doit se sentir un peu seul au Japon alors qu’il ne parle pas la langue -c’est aussi un choix de sa part, il juge qu’à 65 ans il n’a pas envie d’apprendre une nouvelle langue…bien dommage ! Il nous baladait partout avec lui : shopping, courses, balade en voiture, piscine et même au Onsen ! (bains publics japonais)

volontariat au japon 6

 – La vie avec la famille d’accueil –

En lisant les lignes précédentes vous aurez compris que notre relations était surtout centrée autour du Papa Anglais, Roly. La vérité est que les HelpX qui viennent chez Roly et Naomi sont surtout là pour lui et peu pour le reste de la famille. Cependant nous avons eu à plusieurs reprises la tâche de garder leur fils Kaito, agé à ce moment là de 7 ans. Naomi n’était pas très présente, comme toute bonne employée japonaise qui se respecte elle travaillait des heures à n’en plus compter et était peu à la maison. Pourtant les moments en famille étaient exceptionnels ! Lorsque Naomi était présente, c’était elle qui nous préparait nos repas, typiquement japonais (le reste du temps c’était plutôt moi et mon copain qui le faisions). Les soirées autour d’un bon Nabé bien chaud et d’une bière sont inoubliables ! Nous avons aussi cuisiné des Gyozas (raviolis) ensemble, et Naomi nous a fait découvrir un tas de spécialités Japonaises. J’ai eu la chance de passer un peu de temps avec elle également dans les Onsen, un lieu idéal pour un peu d’intimité et pouvoir se livrer à l’autre.

volontariat au japon 1

Pendant nos rares jours de repos, nous avons suivi les bons conseils de nos hôtes et passions nos journées à l’extérieur à visiter les villes voisines. Le Château de Matsumoto pendant son festival d’Automne (oh que oui vous aurez un article dessus !), la ville de l’artiste Hokusai : Obusé, et même le superbe temple de Nagano et son allée centrale pleine de boutiques souvenirs et de douceurs sucrées. Sans compter notre randonnées dans la montagne voisine et les nombreuses sorties aux Onsens, les Alpes Japonaises regorgent de pépites !

– Le bilan –

Il serait très difficile de vous exprimer à quel point nous avons aimé partager ces 3 semaines à Yamashinden avec Roly, Naomi et  Kaito. Ce n’était évidemment pas tous les jours faciles, il y avait beaucoup de fatigue physique, des moments d’incompréhension culturels, de gène et même d’agacement. Mais cela fait aussi partie du volontariat d’accepter l’autre comme il vit et de ne pas le juger ! Notre famille était la meilleure de toutes celles chez qui nous avons pu vivre depuis notre voyage en Nouvelle-Zélande. Nous nous sommes promis d’y retourner un jour, et tentons de garder le contact avec notre famille Japonaise. Même si ce ne sont que quelques mails dans l’année et une carte à Noël !
Nous avons aussi découvert une région superbe, bordée de montagnes, de cascades et de forêts sauvages, le tout mêlé à l’architecture traditionnelle Japonaise. Nous y retournerons, c’est certains, probablement pour randonner, et au passage faire un gros câlin à notre famille de Yamashinden !


Plus de news et de découverte du Japon SUR LE FACEBOOK,TWITTER ET INSTAGRAM DE VALISE VOLANTE !

tatouagevoyagegruehiroshimavalisevolante1

Tatouage de Voyage #9 : la Grue d’Avril

Les tatouages de voyage vous avaient marqué ? Ça tombe bien ! Les témoignages de tatoués reviennent en force avec le Tattoo d’Avril : une petite Grue en Origami faite dans un pays cher à son cœur, le Japon.


iconeavionvalisevolanteparnasei Fait a : Hiroshima, évènement Peace and Tattoo
tattoo_machine_256 Tatoueur : Yoshimoto
encredemertatouagevalisevolantevoyage Motif : Grue en Origami Taille : petite
iconehommevalisevolanteparnasei Partie du corps : Intérieur du bras droit / Style : Minimaliste, lined

tatouagedevoyagegruehiroshimajaponvalisevolante2

Peux tu présenter ton tatouage ?
J’ai habité au Japon l’année dernière pendant un an et au-delà de l’amour que j’éprouve pour ce pays, je suis complètement fan des tatouages japonais. C’est malheureusement encore SUPER mal vu par la société japonaise et les gens tatoués sont souvent stigmatisés. Que ce soit des touriste ou des natifs d’ailleurs. MAIS c’est en train de changer ! Je me suis fais tatoué à Hiroshima, par Yoshimoto, le fondateur de l’événement Peace and Tattoos. C’est un origami de grue, doublé à l’intérieur de mon bras droits.

Où t’es tu fait tatouer ? Pourquoi cela était important pour toi de te faire tatouer au Japon ?
Je me suis fais tatouée au Bar Nemurineko dans le centre ville d’Hiroshima. Pour moi me faire tatouer au Japon était fort de signification, je n’avais pas les moyens de me faire faire un vrai et beau tatouage japonais traditionnel, alors j’ai trouvé un solution qui avait du sens pour moi.

Pourquoi avoir choisi le symbole de la grue en Origami ?
Je n’ai pas vraiment choisi le symbole, durant l’événement Peace and Tattoo, vous avez le choix entre 30 modèles différents d’origami de grue, certains sont très modernes et abstraits mais j’ai décidé de rester sur un modèle simple.
J’ai essayé de donner à mon tatouage un effet d’anaglyphe, oui, comme sur les paquets de céréales des années 90 (lunettes bleues et rouges fournit dans le paquet tmts). Au final je suis complètement fan et je suis super contente de l’avoir fait. Franchement, un tatouage au Japon, dans ma ville favorite, le symbole de celle-ci qui plus-est et aux bénéfices reversés à un asso… Que des bons cotés. 🙂

tatouagedevoyagegruehiroshimajaponvalisevolante3

Quelle est l’histoire de ce symbole au Japon ?
Alors, ce tatouage, de toutes les villes que j’ai visités (et vécue) au Japon, Hiroshima gagne tout. C’est un endroit génial, chargé d’histoire et peuplé par des habitants accueillants au possible. Au niveau de l’histoire, le symbole de la paix et accessoirement aussi de la ville d’Hiroshima elle-même est l’origami de grue, 折鶴, orizuru.

Cet origami est devenue un symbole aussi important grâce à une légende, plutôt mignonne et une histoire vraie pas mignonne du tout… La légende des mille grues raconte que si l’on plie mille origamis dans l’année, retenues ensemble par un lien, on peut voir son vœu de santé, de longévité, d’amour ou de bonheur exaucé.

Cette légende a inspiré l’histoire de Sadako Sasaki, cette fillette japonaise atteinte de leucémie à la suite de l’explosion de la bombe atomique d’Hiroshima avait entrepris de réaliser mille grues en origami afin de réaliser son vœu de guérison. Malheureusement, elle est morte avant d’avoir pu achever sa tâche en ayant réalisé seulement 644 grues. Les élèves de sa classe ont terminé ce qu’elle avait commencé et son histoire a fait de la grue en papier un symbole de la paix.

Depuis, la grue en papier est le symbole porté par beaucoup de personnes à Hiroshima.

Peux-tu nous parler du « Peace and Tatto ?
Depuis 2010, a lieu dans le bar Nemurineko l’évènement « Peace&Tattoo », pendant deux jours aux alentours du 5 et 6 aout (la date de l’explosion). On paye 3000¥ (env. 30€) et ça donne droit à une boisson et un petit tatouage, le modèle à choisir parmi les 30 proposés. Tous les bénéfices sont reversés au département de promotion de la paix internationale d’Hiroshima, donc c’est quand même cool.
Quand j’étais là-bas, je me suis inscrite en envoyant un message Facebook au fondateur (en fait j’avais rien demandé mais en arrivant au bar je me suis rendu compte qu’il m’avait inscrite sur la liste d’attente, sympa !). Alors, le bar est un peu sombre, mais tous les tatoueurs présents avaient leur plans de travail désinfecté et travaillaient dans la légalité ! D’ailleurs j’ai été tatouée par le fondateur de l’événement donc c’est quand même sympa. Tous les tatoueurs présents étaient des tatoueurs de la ville d’Hiroshima et j’ai passé un vrai bon moment !

tatouagedevoyagegruehiroshimajaponvalisevolante

Était-ce une décision réfléchie ou spontanée ?
J’ai appris l’existence de l’événement avant de venir au Japon et les dates coïncidaient avec mon passage à Hiroshima, u coup de chance vraiment !

Avais-tu appréhendé la douleur ?
Oui beaucoup, je suis très sensible niveau douleur et je m’en faisait une montagne, comme à chaque fois. 

On dit que lorsqu’on commence on ne s’arrête plus, est-ce que tu penses te refaire tatouer un jour ?
C’est vrai ! Ce tatouage est mon 3ème, il à été le moins douloureux des trois (le premier était une grande pièce colorée dans mon dos et le 2ème une carte du Japon sur mes côtes). J’ai envie de continuer à me faire tatouer dans les pays que je visite 🙂

Suivez Avril sur Instagram et découvrir ses photos

Avril tient également un Webcomic « The Adorkables »


Plus de Tattoos et de témoignages de voyageurs SUR LE FACEBOOK,TWITTER ET INSTAGRAM DE VALISE VOLANTE !